Pierre Bouchard-Une Vie

Carriere-politique
Accueil Remonter Candidat Référendums Joe Clark 1976

 

 

La politique sérieuse

· 1967 :

Délégué à la convention de Toronto pour le leadership du parti progressiste-conservateur, je vois papa  se faire hara-kiri politique en appuyant encore Diefenbaker. Pour la première fois, je vote comme je le veux  pour Robert Stanfield sans tenir compte de son avis. Je ramène de Toronto un jeune Serge Savard qui ira loin en hockey comme en affaires.

· 1968 :

Je travaille au comité central pour les conservateurs et Robert Stanfield; la thèse des « deux nations » du notaire Faribault m’introduit au grand débat constitutionnel qui marquera la fin du XXème siècle au Québec. Le «égalité ou indépendance» de Daniel Johnson me pose problème, mais je n’ai pas le temps d’élucider sa pensée avant sa mort à l’automne 1968. Défaite au fédéral.

· 1970:

Je suis envoyé comme organisateur de l’Union Nationale dans le comté de Bonaventure en Gaspésie. La pratique du « confessionnal » me fascine. Il me semble incroyable que les gens se livrent de cette façon. Une autre défaite.

· 1972-4:

 

2 campagnes comme candidat PC  dans le comté de Lafontaine au fédéral. Deux autres défaites.

· 1973 :

Cette fois-ci le comité central m’envoie comme organisateur en chef Union Nationale dans le comté de Berthier au provincial; le docteur Gauthier est le candidat-député. Excellente occasion de montrer ce que je sais faire sans argent. Dernier contact avec des méthodes électorales folkloriques (fourniture d’alcool à 90º aux organisateurs de paroisse de Saint Charles de Mandeville…) Premières ventes d’« assurance » pour collecter des fonds. On se fait encore laver.

· 1975- 6 :

Président du comité d’organisation de la campagne de leadership de Joe Clark. Mon zénith en politique.

· 26 février 76 :

Un cotiseur d’impôt me visite au bureau 3 jours après la victoire de Joe Clark à la chefferie;  je ne crois pas à une coïncidence. On m’avait trop vu à la TV durant la course au leadership.

· 29 Mars 1976:

Premier compliment de papa au Texas sur mes choix politiques.

· Mars-juin 1976:

Je suis doucement éliminé de l’entourage de Clark! Je ne puis me décider à laisser mon bureau d’avocat au moment où les affaires vont bien!

· 9 avril 1976:

Dernière rencontre avec Joe Clark : je lui annonce que je retourne à la pratique du droit. La chose aurait sans doute été différente si j’avais fait partie d’un gros bureau.

· 22-23 mai 1976 :

Délégué au Congrès de l’Union Nationale qui désigne Rodrigue Biron comme chef.

· 15 novembre 1976:

Élections provinciales dans Thetford Mines (Motel de Provence). Organisateur de l'avocat Marc Bergeron candidat Union Nationale! Autre défaite. Le PQ au pouvoir!

· Janv. 1977 :

Je fais application comme chef du contentieux de la Province à Montréal. On m’offre le job!!! Je suis obligé d’admettre qu’il n’y a pas encore de patronage chez les péquistes. Pour m’en tirer, je réussis à refuser parce qu’ils me donnent un contrat avec possibilité d’annulation de 30 jours!!!! Ouf!

· 1979 :

Élections fédérales pour Joe Clark; suis au Comité Central. Enfin une victoire. Bravo Joe!

· Août 1979 :

Aux funérailles de Diefenbaker, papa qui est porteur d'honneur, est invité par mes soins au 22 Sussex à la résidence du premier ministre. Il m’admet être impressionné…

· 1980 :

élections fédérales pour Joe Clark; suis au Comité Central. Une autre défaite!

· mars, avril et mai 1980 :

Référendum; délégué de l’Union Nationale, je travaille au Comité Central avec Me Allaire (futur fondateur de l’ADQ) au Comité du Non. Belle victoire.

· 1981 :

Je manque ma première campagne provinciale depuis 1956: l’UN est moribonde et j’ai peu d’intérêt pour Claude Ryan et les libéraux.

· 1983 :

J’aide la campagne de leadership de Joe Clark à la convention de Winnipeg en ramassant des fonds. Brian Mulroney prend sa revanche sur 1976.

· 1984 :

Élections fédérales : Brian Mulroney est leader; je travaille dans l‘est de Montréal. Victoire éclatante.

· 3 janvier 1985 :

J’apprends par Eric Nielsen que Brian Mulroney a bloqué ma nomination comme membre de la commission internationale Canada-USA. Comme il ne peut nommer un politicien, il nomme un fonctionnaire. Trois ans plus tard il nomme un politicien Claude Lanthier....Ah! la politique....

· Mai1985 :

Fin de mon implication en politique active pour le parti progressiste-conservateur.

On ne peut pas dire que l'ai volé de victoire en victoire...