Pierre Bouchard-Une Vie

Cours classique
Accueil Remonter

 

Récemment, j'ai eu l'occasion de lire deux volumes sur le cours classique et les jésuites écrits au début des années 2000 par monsieur Claude Corbeau actuellement recteur de l'UQAM. Le hasard a fait que nous soyons entrés à Brébeuf la même année 1956, lui en Éléments-Latins et moi en Philo I. Si j'ai énormément apprécié son travail de recherche, je me suis surpris à rejeter ses jugements essentiellement négatifs sur le cours classique que j'avais connu en même temps que lui. Curieux!

Ce qui est dommage , c'est  que dans 40 ans tout ce qui restera du cours classique, sera ces deux livres. C'est comme la supposée 'Grande Noirceur' politique des années 40 et 50. Je devrais écrire un livre......

Séminaire d’Amos

Un site qui dit tout sur cette vie ici

J'ai marché  au Séminaire d'Amos pendant 6 ans, 3 fois par jour x 1 mille chaque côté.

Et j’avais de la chance.

D’autres vivaient bien plus loin.

 Amos: Eléments-Latins 1950

Vieux séminaire

Septembre 1950:                                                                                                                                                                                                                                                

je passe de 6ième année à Éléments Latins au Séminaire d’Amos; abbé Maurice Laforest titulaire (décédé en 2000). Débuts difficiles: les notes ne sont pas  bonnes.

Septembre 1951:

Syntaxe. Le Séminaire d’Amos moderne; abbé Roland Massé professeur titulaire (décédé en 2000). Il passe pour s’être échappé d’un camp de prisonniers durant la guerre 39-45 en se glissant sous un camion à différentiel ouvert. Le château de neige...

 'Entre nous'  journal de classe. Première mention de Félix Leclerc et 'Le petit train du Nord'. Lucien Brien (futur chansonnier) l’adore et nous le fait tous aimer. Petit rôle de juge dans la Farce de Maître Patelin.

Septembre 1952:

Méthode: abbé Mathias Deslongchamps titulaire: en matière d’impôts "pas vu, pas poigné, pas poigné, pas coupable". Je dois avoir mal compris…

Septembre 1953:

Versification : abbé Joseph Tétrault titulaire (décédé en 2000); abbé Roland Bélanger m’apprend à aimer les Mathématiques. Dans  La mégère apprivoisée , je joue la mégère. Abbé Gaston Mathieu prof d’anglais géographie & histoire. Première année où mes notes s’améliorent.

Automne 53:

je descends à Montréal pour le Festival de Montréal Comédie Française; Le Bourgeois Gentilhomme; Compagnie Renaud-Barrault.

 

Cédule de cours et études en janvier 1954.

En prime, étude obligatoire sujets libres

tous les soirs sauf le samedi!

 

 

Septembre 1954:

 Belles-lettres; abbé Michel Plourde comme titulaire. Il deviendra dans les années 80 président du Conseil de la langue française du Québec, après une carrière dans les sciences de l'Education de l'Université de Montréal.

bulletC'est le meilleur professeur que j’ai jamais eu.
bulletIl nous fait écouter les classiques du théâtre français sur disque.
bullet Il monte Andromaque, mais je ne suis pas de la distribution.

Mars 1955:

 A la mémoire de Gérard de Nerval, pièce écrite par Michel Plourde. Je joue Jeannine Moulin écrivaine; texte dans mes dossiers à la Société d'Histoire d'Amos. (Fonds P 113)

12 Mars 1955:

Mort de Claudel; rédaction et lecture à radio CHAD d’un texte sur le Soulier de satin. Animateur: Jean Perrault qui deviendra une voix bien connue à Radio-Canada.

23 mars 1955 :

Dans  L’épreuve  de Marivaux, je joue Madame Argante.

Juin 1955:

Distribution des prix (je gagne tous les premiers prix sauf 1). A cause d’une cravate descendue ( Il faisait si chaud avec un blazer de laine) maman m’engueule. Eté à Sanmaur.

Septembre 1955:

Rhétorique: abbé Ernest Parizeau (le grand Zef). Tout ce dont je me souviens, c’est qu’il était champion des mots croisés du Devoir.

14 mai1956:

Je rédige et défends avec succès une thèse sur le Théâtre révolutionnaire de Beaumarchais. Maître de thèse : Abbé Mathias Deslongchamps.

Mai 1956:

 Présentation d’Athalie de Racine au Séminaire d’Amos. Film 16 mm dans mes dossiers à la Société d'Histoire d'Amos. (Fonds P 113).Je suis constructeur de décors (les colonnes du temple). Il fallait que tout le Séminaire mette la main à la pâte. Michel Plourde mène le tout avec humour et charisme. Un grand succès.

Juin 1956:

Prise de rubans: j'opte pour la diplomatie! Même ruban que le droit . Prémonitoire! Eté à Sanmaur

CONVENTUMS  (clickez pour agrandir les photos)

 
Conventum Séminaire  50-58 (1990)

Eddy Flamand,PB,Guy Duchemin,Jean-Jacques Boucher,Marc St-Pierre

Philippe Gariépy,Lucien Brien,Jean-Louis Racette,Sylva Alarie, André Defoy

 Amos 11 juillet 2014

Réception du maire d'Amos monsieur Ulric Chérubin

Le 18 août 2016 à l'Auberge du

Lac Saint-Pierre.

horizontal rule

Collège Jean-de-Brébeuf à Montréal

Collège Collège Jean-de-Brébeuf

Finissants 1958

Septembre 1956:

Philo I; Professeurs: Gaétan Daoust en Logique etc, Moussali en Chimie, R. Beauséjour en Physique

Pensionnaire avec Noël Vallerand, Michel Frankland (futur felquiste), André Roy, chasseur à l’arc, Michel Guertin mon meilleur ami, René Avon (qui a fait un succès dans le domaine des médias), "Bouboule Roy" (qui est mort beaucoup trop tôt). Aussi copain avec  les externes Jean Manzi (auto MG blanche) Yves Gélinas, fils de Gratien, qui a presque fait le tour du monde à voile, André Toupin, le "tau" athlète Yves Laurendeau, François Trottier, Roger Archambault (je viens de le revoir président de l’association canadienne de Golf), Michel Turcotte (Vice-président Banque Royale). Je me rappelle le vieux philosophat dans le bâtiment original du collège, ses murs en carton, le vieux radio des années 30 peint vert. Tous les pensionnaires écoutent CKVL et les top 40.

Octobre 56:

Epédémie d'influenza à Brébeuf ; peur d’une répétition de la grippe espagnole de 1919; fermeture du collège; je reste à l’infirmerie car je ne peux retourner à Amos. Introduction aux albums de Tintin.

Octobre-Novembre 1956:

 Invasion de la Hongrie; crise de Suez. Grandes discussions avec les autres étudiants On pense tous qu’il y aura la conscription. Peur de la guerre atomique. Si j’apprends qu’il y aura une guerre, je me réfugie au club de pêche .  De cette époque date mon intérêt marqué pour la politique internationale.

3 Mars 1957:

La classe fait un 'show' au père Daoust. André Roy et son enregistreuse, enfermée à clé dans le bureau du prof, qui joue You ain’t nothing but a hound dog d’Elvis; bombe puante et petits pétards faits en labo de chimie; le père Daoust perd le contrôle de la classe pour une bien rare fois.

Hiver 57 et 58:

 Le Festival Brébeuf/Ste-Marie. J’aide aux spectacles de Pierre Sylvestre. Utilisation de la Strobolight (éclairage magique pour la période) au Forum. C’est pratiquement professionnel. J’ai quelques films 16 mm pas très clairs de cette période.

Eté 1957:

Voyage Océan Pacifique Manille Yokohama Hong Kong. Retour peu glorieux.

Septembre 1957

 Philo II :Professeurs: Desjardins titulaire; Tremblay en Théodicée.

J'inaugure le nouveau Philosophat au Pavillon Lallemand (ch. 801).

Hiver 58:

Je suis choisi comme chef de l’opposition à la récréation (ce doit être prémonitoire, voir ma carrière politique.).

A la cérémonie des bulletins, je refuse de porter  la médaille d’honneur de premier de classe que je mets dans ma poche : je me rebelle contre le billet de confession (croyez-le ou non, on nous imposait un confesseur attitré que nous devions voir 4 fois par année): scandale..

Mai 1958 :

Je bats finalement Noël Vallerand comme premier de classe au 2ième semestre et j’obtiens la médaille du Gouverneur-Général.

voici ce qu'écrivait sur moi notre président de conventum Noël Vallerand en mai 1958. A noter  la référence à Duplessis. Plus ça change...

Eté 1958:

Voyage au Moyen-Orient: Liban, Syrie, Trans-Jordanie, Egypte.

 

Octobre 1985:

Après la mort de Noël Vallerand, notre président,  j'aide à organiser le Conventum  au restaurant «La vieille Ecole». Grand succès.

(photo: Raphaël Bélanger, André Toupin, Jean Manzi, Michael Turcotte). Clickez pour agrandir.

 

A Brébeuf, nous avions droit à une sortie par mois le samedi soir de 1900 à 2200hrs. Impossible de descendre voir un film dans le bas de la ville. Pas surprenant que notre première année à l’université ait souvent tourné à la folie douce.

Néanmoins, le cours classique m’a procuré entr'autres :

bulletUne discipline intellectuelle qui m’a permis par la suite d’aborder n’importe quelle question avec aisance. J’imagine que c’est ce que le ministre de l'Éducation appelle maintenant des "compétences".
bulletUne éthique du travail bien fait.
bulletDes connaissances variées et pratiquement sans limites. Certains diront que le grec et latin représentaient des connaissances inutiles, et c’est vrai dans une perspective à courte vue, mais la discipline imposée par la recherche du sens d’un texte écrit depuis deux millénaires, m’a bien curieusement aidé en droit et en politique.