Pierre Bouchard-Une Vie

Mes clients
Accueil Remonter

 

Mes clients m'ont bien plus influencé qu'ils s'en  doutaient à l'époque!

· Noël Vallerand, confrère étudiant, sous-ministre affaires culturelles, historien et mélomane.(1938-1985)

Pour moi Noël, ce fut le choc des inverses :

Premier de cordée secourable;

Penseur et croisé perpétuel;

Elvis et Mahler

Passion raisonnée;

Dilettante discipliné;

«Tricoté serré » ouvert au monde;

« Honnête homme » du XVIIIème siècle, il maîtrise sans compromission le XXème.

J’ai toujours couru derrière Noël; je ne l’ai jamais rattrapé, car il était trop vif, trop brillant, trop haut. Mais au moins j’ai été son ami.

· Gilles Pratte : organisateur émérite;

« Il n’y a pas de problèmes; il n’y a que des solutions. » Autodidacte, imprimeur, cafetier de la rue St-Denis, organisateur syndical, il a dirigé mes deux campagnes électorales en 1972 et 1974 dans le comté de Lafontaine. Il m'a aussi aidé dans la campagne à la chefferie de Joe Clark en 1976. Il n’a jamais cessé de m’émerveiller par son calme durant les tempêtes, par sa persistance, par une intelligente débrouillardise et par sa modestie. Son extérieur fruste cachait tout un diplomate instinctif.

· Alec Rubin président de Revenue Properties :

Alec Rubin m’a proposé en 1968 de me lancer dans le développement immobilier avec la Société d’Habitation Urbaine qui était à l’époque à l’avant-garde des propositions « clé en mains » en habitation sociale pour les divers paliers de gouvernement. Il m’a démontré qu’on pouvait devenir expert en très peu de temps. Il m’a appris à « lire » un terrain comme développeur. Il m’ a aussi fait comprendre la nécessité pour un homme à grand charisme de s’appuyer sur un personnage qui dit « non » jusqu’à la preuve du contraire (Berko Devore).

· Robert Lapierre :

En 1970 il était le secrétaire-trésorier de la Regent Knitting. Il avait commencé à y travailler à l’âge de 16 ans et avait gravi tous les échelons administratifs. Pour moi, il est l’épithome de l’efficacité administrative. Pas un détail ne lui échappait. Il me rendait fou avec sa minutie. Pour moi qui considérais les grandes lignes et ne me préoccupais des détails, Robert Lapierre m’a été d'une aide précieuse. Dans les dossiers Regent Knitting et Grover Mills, il a été mon Berko Devore (voir plus haut). Il fallait que je le convainque de mon idée si je voulais avoir l’aval de Marvyn Grover, le président. Et ce n‘était pas facile de convaincre Robert Lapierre, mais une fois convaincu rien ne l’arrêtait. Il n’a pas fait de moi un être organisé, mais il m’a prouvé que la minutie est essentielle. Une autre personne qui m’a rendu le même service a été mon associé de 25 ans, Stan L. Cytrynbaum.

· Gabriel Selam :

 J'ai connu Gaby à l'occasion de la construction du Stade Olympique de Montréal. La SEPA avait été choisie par l'architecte Taillibert pour la conception et construction du système de levage du toit de Kevlar. Quand la ville de Montréal connut des difficultés financières fin 1975, la province de Québec prit le relais et stoppa la construction de la tour et donc du toit ouvrant. Gaby me fut référé par un de mes amis, Michel de Montmarin son conseil fiscal. Gaby (aidé de Isabelle "madame agios") impressionna tellement les nouveaux administrateurs qu'ils lui demandèrent de s'occuper de l'entreposage de la toile de Kevlar (à Fos-sur-mer) puis éventuellement de sa taille et sa couture pour le parachèvement de la tour du stade. Ce qui amena Gaby à tenter l'aventure canadienne de Granby. Il fallait voir Gaby discuter de levage avec les gens de la Régie des Installations Olympiques. Lui, qui se référait toujours à son titre de petit ingénieur de la marine, leur faisait des petits dessins pour illustrer ses pistes de solutions aux problèmes qu'eux avaient jugés presqu'insolubles. Tous ceux qui l'ont connu à cette époque en ont parlé comme d'un génie. Mon grand regret fut qu'Isabelle ne soit pas invitée à la cérémonie d'ouverture de la toiture du stade en 1986 je crois.

Gaby fut un ami comme aucun autre de ma vie: . Il avait commencé la SEPA en partant de rien en Normandie et en avait fait un succès extraordinaire en moins de 15 ans. Il était resté tout simple, amait la vie, était d'un fidélité exemplaire à ses amis et surtout à Isabelle. A cause de lui, j'ai volé en Concorde, J'ai visité l'Ile de Baffin au nord du Canada, J'ai fait du voilier à glace. J'ai eu l'usage d'une merveilleuse maison pendant 3 ans à Magog, J'ai connu Port Grimaud, Chantilly, Cambrils, Paul Bocuse, J'ai connu la voile en Méditerranée ect. ect... je lui dois beaucoup plus que d'avoir été un de mes plus importants clients.