Pierre Bouchard-Une Vie

New  York
Accueil Remonter

 

A droite, mon hôtel le Claridge sur Times square. Puis  la 44ème rue et la première lettre du Woolworth

Études postuniversitaires à New York

Septembre 1963- mai 1964

Après 1 an de pratique chez Blain Piché Bergeron Godbout Emery, monsieur Blain me demande d’aller me spécialiser en Planification des Successions (estate planning) à New York.

Tout de suite après mon mariage, je pars seul, car Louise perdrait deux années de crédits universitaires si elle manquait ses cours cette année-là. Quelle stupidité de notre part, notre mariage n’y a pas résisté!

Je réside à Hôtel Claridge, 44th et Times Square. Budget de 2.00$ par jour pour vivre, après le coût de l’hôtel (3$ par jour). Je mange au « Woolworth » pour 0.39$, au « Italian kitchen » pour 0.89$ (lunch avec une bière et pain à volonté) et au « Tad’s steak house » où je peux manger un bon steak pour 1.09$. Ce restaurant existe encore et je vérifie encore à chaque fois le prix de son steak. La dernière fois c'était 8.95$ (Inflation, quand tu nous tiens!)

J’apprends à connaître Manhattan en marchant. Je peux très bien marcher 50 blocs pour aller voir un film comme « l’île nue (Hadaka no shima)»,  film japonais pratiquement muet mais d’une grande intensité dramatique.

Je traverse même Harlem à pied sans problèmes le soir. Et pourtant, c’était après les grandes manifestations de la lutte pour les droits civiques des noirs.

Mes études et stages se font au :

o Bankers Trust.

o chez Merrill Lynch Pierce Fenner & Smith; le corps professoral comprend Paul Samuelson en économie (il a écrit le célèbre traité sur l’économie) et Milton Freidman conseiller du président Kennedy.

o au célèbre cabinet d’avocats Tweed Millbank.

Souvenirs :

+Offre de poste par Merrill Lynch à Bruxelles retirée parce que de Gaulle dit « Non » à l’entrée de l’Angleterre dans le marché commun européen.

+Dîner avec les gens de Merrill Lynch chez « Sloppy Louie » près du Fulton Fish Market de la sciure de bois sur les planchers : excellente cuisine de poissons.

+Les "dates" aux Nations-Unies. Visite aux Nations-Unies: pour me désennuyer, je déclare ne parler que français ce qui me vaut ma guide personnelle pour 45 minutes.

+Les fêtes de Noël avec Louise, papa et maman à l’Hôtel Plaza. Quel contraste avec le misérable Claridge.

+Au point de vue culturel, je fréquente la bibliothèque de la 42ème avenue, l’une des plus considérables au monde et gratuite à part cela.

+ J’assiste à l’inauguration du musée Guggenheim sur la 88e rue (building en spirale).

+Dans ma chambre d’hôtel, mon radio transistor m’apporte un programme de musique sud américaine à tous les soirs qui commence par « la Bamba ».Station de radio WQXR que je connaissais à Amos à cause des réverbérations sur la stratosphère.

+Je me paie le NY TIMES à 10 cents, mais je marche jusqu’à Wall street (60 rues) pour sauver 15 cents de métro.

+Le théâtre Obratsov (http://www.playbillvault.com/Show/Detail/12283/Obratsov-Russian-Puppet)-(Théätre de poupées géantes russes) en novembre 1963 sur Broadway; billet coûte $5.00 que j’économiserai pendant un mois de privations.

+Sans le réaliser, j'assiste à l'arrivée des Beatles à l'Hôtel Plaza. Quel événement!!

+Sur la 42ème rue, cinéma une fois par semaine; 3 films pour 45 cents.

 

J’ai été très heureux à New York, même si j’avais continuellement des soucis d’argent. Mes études étaient très pointues et je me présentai en grande forme chez Blain Piché pour commencer à pratiquer ce droit. J’ai appris après la mort de papa qu’il avait remboursé Blain Piché pour mon 150$ par mois pendant mon séjour à NYC, ce qui me fait comprendre pourquoi on ne m’a jamais utilisé dans cette branche du droit par la suite. Comme dit plus haut, mon mariage avec Louise ne résista pas à la séparation et se termina par son départ en septembre 1964.