Pierre Bouchard-Une Vie

Plongée
Accueil Remonter Mes Vidéos

 

 

Dans le Sinaï-Mer Rouge (1979)

Aux Maldives (1986)

 

Éphémérides

· 1952 :visionnement du film américain « The Frogmen ». Premier intérêt pour la plongée.

· Hiver 1964-5: Voyage à Porto-Rico avec Jacques d’Astous. Plongée sous-marine: début des cours dans la piscine d'un hôtel voisin, le Caribe Hilton.

· Juillet 1965: Première plongée sous-marine indépendante à Noyan sur le Richelieu près du pont de chemin de fer avec Jocelyne Dionne. (visite d’une épave d’un bateau américain de la guerre de 1812)

· Juillet 1966 : plongée lac Shawinigan à la recherche de dessins amérindiens de l’époque pré-colombienne; Tympan déchiré à cause de rhume non soigné.

· Automne 1967: Plongée à San Juan Porto Rico. Plongée sur l’épave du RMS Rhône (110pieds) près de Marina Kay dans les Iles Vierges britanniques : mon guide manque d’air et je lui passe mon embout. Chasse sous-marine : ne connaissant pas les poissons tropicaux je harponne un barracuda de 41 pouces; quelles dents….

· Été 1968 : prise d’échantillons d’eau pour la Société de Conservation du Lac Memphrémagog.

· 1970 : plongée au lac Simon.

· 9 avril 1974 : début de mes cours de plongée sous-marine au centre culturel et sportif de la police de Montréal. Instructeur Michel Amyot Centre sous-marin sur boulevard Rosemont. Je dois obtenir mes cartes de compétence pour obtenir le remplissage de mes bonbonnes d’air.

· 12 juillet-18 août 1974 : Après ma défaite politique, voyage de 37 jours : Australie, Grande Barrière de corail, Heron Island (arrivée en bateau). Début de la photo sous-marine : à mon deuxième rouleau de film, je prends la photo de ma vie, un Tiger shark (voir 1ère photo a droite). Aussi mes premières plongées à Tahiti (atoll de Rangiroa).  A l’hôtel Kia Ora, Serge Arnoux n’aime pas les plongées-bulles (avec bouteille), mais son partenaire Robin, si.

· 20 juin-12 juillet 1976 : Plongée à Heron Island (Arrivée en hélicoptère) Fiji : plongée à Regent Hôtel (Nandi).

· 17 novembre – 3 décembre 1978. Tahititi Rangiroa : plongée avec fille de Sask. Perte de contact 35 min avec les requins en dessous sans air à la passe de l’est (Pas celle de Tiputa).Inquiétude. Dernière utilisation de l’arbalète sous-marine (pour se nourrir, l’avion de ravitaillement étant en panne)

· 18 novembre-3 décembre 1979 : Visite en Israël; Visite de touriste 1 semaine, plongée 2ème semaine dans le Sinaï (Naama, Sharm el Sheik). Plongée dans le célèbre Canyon; première fois au-dessous de 150 pieds.Caméra super8 coule durant le Blue Hole 205 pieds mon record de profondeur.

· 24 oct.- 9 nov.1980 : plongée en Israël : 1 semaine comme l’année précédente, 1 semaine en Land Cruiser individuel dans le Sinaï. Le tout pour 400$ US! L’aubaine du siècle.

· 8-24 mai 1982: plongée à San Salvador; Al Huelga et la  gang de la Californie: Roland Barakett et Jacqueline lui médecin à San Francisco; elle est un fan de Jacqueline François.

· 24 sept 1982 départ SFO retour 4 octobre: Voyage à Baja California sur le bateau "Baja Explorador". prop. Ted Waltham de Vancouver. Groupe de Hal Huelga (Larry Bollander, Jeff Giles, ect rencontre de Louise Allrich propriétaire d’une galerie d’Art à SFO). Les Fields (Kathy), Judy North, Dennis O’Dell, Anita Hill). Raies manta géantes 18-20 pieds d’envergure sur le 'Sea Mount'.

· 23 juillet-1er août 1983 : Mer de Cortez Baja California plongée. Raies mantas géantes. Baja Explorador.

· 3-19 juin 1983: plongée à Long Island (Sharks’ Corner) & San Salvador aux Bahamas.

· Septembre1983: rencontre de Nicole Hamel au congrès du magasine « la Plongée » à Noyan.

· 25 novembre-4 décembre 1983 : Plongée à Aruba avec Gaby Sélam. Très intéressantes épaves.

· 24 février-4 mars 1984: Plongée à Rum Cay aux Bahamas avec Nicole Hamel. Mon projet de calendrier sous-marin avorte.

· 18 avril-1er mai 1984 : première plongée aux Philippines dans la mer de Sulu sur le « Lady of the Sea » de Gloria Maris Adventure et Teresa Jison

· 17-29 août 84: départ pour Baja California avec Jacqueline et Rolland Barakett. Mer de Cortez; moins de raies manta cette année.

· Printemps 1985: plongée à Cozumel au Mexique avec Hal Huelga et le gang de la Californie. : j’en rapporte mes plus belles photos.

· 6-13 mai1985 Plongée sur la Grande Barrière de corail avec l’« Auriga Bay » (capitaine Graham McCallum) Geoffrey Widmer; un ami  italien malade partout sauf sous l’eau; 8 jours dans la houle et l’humidité. Plonge « Pixie's Pinnacle » et le fameux Codhole (Mérous géants).

· 18mai- 1 juin 1985 plongée au Philippines « Lady of the Sea »; je plonge le fameux Sharks corner (11 requins en 3 minutes avec photos comme preuves svp..Voir carnet de plongée plus bas). Rencontre de Leslie Avery qui sert de modèle. Plongée avec Jack MacKenny, célèbre photographe sous-marin.

· 2-10 juin 1985 Tahiti (hôtel Kia Ora à Rangiroa). Je constate les dégâts du cyclone de 1982 sur les récifs coralliens de Rangiroa.

· 7-14 dec. 1985:plongée à Bonaire base : Flamingo Beach hôtel. Très belles photos.

· 24 juin-1 juillet 1986 : Voyage de plongée sur voilier aux British Virgin islands avec Michel Gilbert offert par Madeleine Bertrand de Bélair Travel.

· Automne 86 : En congé sabbatique je réalise mon rêve: un voyage de plongée au tour de monde :

o Baja California, 17-23 oct.

o Fiji (Île de Taveuni) 23-27 octobre.

o Great Barrier Reef Australie: on part de Cooktown sur voilier "Sherazade" 27 oct. –3 nov. (Jeff & Elaine Studley New York).

o Maldives (Vilighili) 7- 22 nov. 86. Rencontre de Ute Waldraff. Plongée avec Finlandais Kirsti & Rauno. Dive master Herbert Unger du club Munchen Divers de Munich en Allemagne. Requins en masse; probablement la plus belle destination plongée de ma vie. Différences culturelles : je plonge avec les Allemands et je mange avec les Japonais.13 novembre 1986: fameuse plongée avec Youssef un prince du Kuwait qui a certification moniteur de la CMAS et qui s’arrête à 5 mètres…….

· Sept. 1987 : Cours de vidéo sous-marin à Fort Lauderdale avec Jack MacKenny. Plongée dans le Gulf Stream. Épaves.

· 19 Août 88; Rangiroa dernier voyage à Tahiti et l’atoll de Rangiroa; plongée avec Eric Jullian et Harian, le fils de Serge Arnoux. Requins.

· Avril 1990: Voyage en Micronésie au nord du Pacifique :

o Ile de Truk : (Hôtel St. George : miteux dans le centre ville de Georgetown). Épidémie de choléra, mais extraordinaires plongées avec Blue Lagoon Diving sur les navires coulés de la flotte japonaise en février 1944; vidéo sous-marins excellents.

o Archipel de Palau : merveilleux paysages sous-marins.

· Novembre 1991: plongée Seychelles. Ile de Desroches. Me rends compte que je retarde les autres (zodiac difficile à réintégrer).

•Janvier 2004: plongée en Western Australia.Je plonge une journée avec les dauphins de Rockingham puis une semaine  sur le Yingaloo Reef à Exmonth (1200 kms au nord de Perth). Mon age me rattrape: j'ai difficulté avec la lourdeur de l'équipement hors de l'eau. Je  décide donc d’accrocher mes palmes après 3500 plongées réparties sur 39 années, plus de 2000 diapositives conservées et 45 heures de vidéo.

La plongée fut mon sport de choix, probablement parce que mon poids ne faisait aucun problème. Elle m’a ouvert un monde extraordinaire et m’a permis de continuer mon activité de photographe 35mm. Elle m’a aussi introduit à la vidéo sous-marine. Je continue d’ailleurs aujourd’hui à monter des films vidéo assez formidables même si c’est moi qui le dis….

 

Clickez pour agrandir photo

Australie 1974

Mer de Cortez 1982

Cozumel 1985

Philippines Tuhabata reef 1985

Philippines 1984

Mer Rouge 1979

Rangiroa-Polynésie 1978

Mer de Cortez 1983

Philippines 1985

San Salvador 1982

Rangiroa Polynésie 1985

Maldives 1986

Rum Cay 1984

Cozumel 1985

Maldives 1986

Australie  1985

San Salvador 1982

Rum Cay 1984

 

horizontal rule

 

Une pieuve aux Maldives

'SharksCorner'' aux Philippines

Le canon de Truk en Micronésie

Une raie aux Seychelles

 Extrait d'un de mes carnets de plongée du 27 mai 1986 (2ème plongée)

        DIX MINUTES SOUS LA MER DE SULU

                   La nuit n’a pas été bonne. Hier soir, à la  brunante, je suit tombé, et je me réveille avec la main gauche enflée. Rien de cassé, me dit Jack Dodd, le médecin de service, mais pour une enflure, le meilleur moyen, à part la glace, reste l’eau salée. Alors, je me présente pour la première plongée, main gauche en l’air, et tout le monde m’aide. Me voici dans le dingy avec Jack McKenney, Al Huelga, Pan Jordan, Bob Abrams, Jack Dodd et Stan Post, et nous nous mettons en route pour le ‘Shark‘s Corner’. Comme d’habitude notre marin c’est Jimmy. un Philippin sans âge qui ne dit jamais un mot, qui sourit toujours et qui nous dépose toujours aux meilleurs sites, compte tenu des courants.

                  Dans un bateau de plongée, comme le “Lady of the Sea”, tout le monde se reconnaît rapidement. Une simple mention à Jack que je  connais Nicole Hamel et on échange des commentaires  sur les Philippines où je suis venu l'an dernier. Jack y est venu l’année dernière, en particulier pour y tourner  un film, “Beneath the Sulu Sea”. Quand on parle à Jack, on parle automatiquement de requins, et sans rien soupçonner de ce qui allait se passer, il me dit : ‘le secret dans   la chasse à la photo de requins, c’est d’être le premier à plonger sur un site qui n’a pas reçu de plongeurs depuis quelque temps’ Deuxième révélation, un des bons endroits au monde pour le requin, c’est “Shark’s Corner” sur  le coin nord-est du North Islet du Tuhabata Reef.

                  Comme  je suis du même groupe que Jack, je ne me fais pas d’illusions, Je ne serai certainement pas le premier, mais j’ai bien l’intention de ramasser ses miettes. A cause de ma main, je n’ai  que mon Nikonos V, avec lentille de 28mm, et mon petit Aqua—Flash 22.

         Premier incident, une de mes courroies de palme se défait et je fais une réparation  d’urgence sous l’eau, ce qui n’est pas facile avec ma main. Evidemment, tout le monde est déjà parti. Je regarde, et ne  vois que le dessus  du mur  et des bulles; je me dirige vers elles tout en descendant, 50, 75, 100 pieds, 125 pieds, 140 pieds, et tout à coup, je vois Jack et  quelques autres pénétrer dans une  caverne. Après m’être assuré que je suis toujours en vue de mes copains de plongée habituels, Steve et Jack, je me dirige en avant et me voilà en  avant de tout le monde. Vérification: 160 pieds; je me laisse doucement porter par le courant le long du mur. J’arrive à un coin du mur, et je prépare mon appareil. J’arrive nez a nez avec un requin à pointe blanche  qui est bien endormi... photo.... Il part en vitesse. Un peu plus loin, j‘arrive encore à un coin, je prépare mon appareil et je me retrouve encore une fois devant un requin à pointe blanche. Celui-ci ne se réveille  pas lors de ma première photo....deuxième photo, et il ne semble pas s’éveiller; j’enlève mon embout et je fais une  grosse bulle d’air me disant que je pourrais prendre une photo au moment où il se réveillerait. Au lieu de partir dans la direction où l’attendait mon objectif photographique, le requin me surprend et me passe carrément entre les jambes; la photo que j`ai prise à ce moment—là ne montre qu’un plateau de sable bien vide, même pas la queue du requin. Il a eu des réflexes bien plus rapides que les miens. Enfin passons!

                  Je débouche sur une  autre petite caverne, et j’entrevois un requin pointe blanche bien réveillé  celui-là, mais moins rapide que l’autre. Ca commence à être très excitant. Vérification : 160 pieds, temps écoulé: 3 minutes, pas de malaise, vérification de mon copain de plongée qui doit être à 130, 140 pieds et un  peu en arrière de moi et je continue. Prochain racoin, je me trouve face à deux requins qui déguerpissent bien trop rapidement pour moi, je prends une photo  mais j’ai mes doutes; je crois qu’on devrait appeler cet endroit ”le Palais des Congrès des Requins”.

         Puis, je me raisonne: iI faut que je remonte un peu, quelques coups de palmes et me voici à 140 pieds; 4 minutes, toujours dans le courant et puis, un requin apparaît qui, lui, ne déguerpit pas, et le courant me pousse vers lui.

         Il m’a vu et il ne ressemble  pas aux autres. Allons-donc, ce n’est qu’un requin bien ordinaire, un peu plus épais, plus ventral que les autres!

              D’après moi, c’est un requin-taureau. Je suis à 6 pieds de lui; photo...(je m’en veux, car je n’ai pas mon meilleur flash le Subsea 150, qui recycle en 2 secondes Il faut que j‘attende de 4 à 8 secondes avec l’Aqua Flash) J’avoue que ma main ne me fait plus mal. Le requin coopère, il reste avec moi; merveilleux  ! Aligné contre le mur, photo... puis, il me contourne, et holà! Il y en a deux autres, et pas loin non plus. Donc, ça suffit; combien y en a—t—il? Trois. . . bon... vérification; 145 pieds, 6 minutes, photo. . et encore photo, et ils viennent de plus en plus proche. Le moins que je puisse dire c’est que je ne suis pas entièrement à mon  aise.

                 Les trois continuent à  tourner autour  de moi et je me rappelle un vieux principe à l’effet qu’il est toujours mieux  de s’approcher soit du fond marin soit du mur pour les empêcher de me contourner et de couper 180 degrés de leur angle d’attaque. J’attends que le plus petit passe entre moi et le mur et je me précipite en agitant mon appareil-photo en avant de moi, le requin s’écarte et me voici le dos an mur. Bon, j’ai compris! Je suis dans un territoire où je ne suis pas bienvenu; il me semble que leurs muscles ventraux  frémissent.. . Illusion peut-être  .. mais c’est un signe d’agressivité.

                  Allons, où en suis-je? Tout en surveillant les requins qui sont à 10 pieds de moi, je commence tout doucement à remonter le long de la pente leur faisant toujours face. Vérification, 125 pieds, je regarde plus haut que moi. . . Je vois mon copain de plongée à quelques 25 pieds de moi; vérification; 110 pieds. . . 8 minutes; je me  retourne et sous moi, je trouve un requin endormi sur un banc  de sable.., photo... un  antre vient m’inspecter, mais de loin; et ce sont maintenant des “pointes blanches”. Ils me laissent.  Deux autres viennent paresseusement  m’inspecter alors que nous sommes à  80 pieds; changement de focale, la lumière ambiante  devient un problème, mais  la visibilité est meilleure.

          Un autre  “pointe blanche’ qui nous passe sous les pieds à 2 mètres. Je n’ai même pas pris de photo. Remontée, vérification 20 pieds, 10 minutes. Palier de décompression: 5 minutes à 6 mètres, 3 minutes à 3 mètres, par précaution. 2 ou 3 requins passent sur le platane~ et pour finir le film, je les photographie... ils sont trop loin! La visibilité est moins bonne à cause du plancton; je commence à regarder na montre; je n’ai jamais vu ça -. Un autre pointe blanche m’accompagne dans le courant. . il passe sous moi, il se rapproche, je viens pour prendre une   photo... blocage, J’en suis à la fin de mon film: 36 poses en moins de 15 minutes. Ce n’est qu’à la fin de mon palier de 3 mètres qu’il m’abandonne.

        Je refais surface, je vois Jack McKenney à  bord du dingy; il a plongé plus profondément que moi, et de fait il a vu les trois requins—taureaux peu de temps après moi, mais à  distance.

         Grande joie. Confirmation. Ce n’était pas un rêve…..