Pierre Bouchard-Une Vie

Voyage en Europe
Accueil Remonter

 

Voyage en Europe 1954

24 juin 1954-1er septembre 1954.

 Papa ne peut me trouver un travail d'été car je n'ai que 15 ans et je connais suffisamment l'anglais. Donc il faut m'occuper: A quinze ans, un voyage de 60 jours en Europe ce n’est pas commun. Jean de Rigault est notre accompagnateur et notre groupe se compose de 6 étudiants; je suis le plus jeune; les autres sont à la fin de leur classique donc 19-20 ans. Les 3 frères Amyot sont de futurs jésuites, Piette, Cloutier de Montmagny futurs curés. Coût total : 980$!!!!

  

clickez pour agrandir

Vidéo: 6 jeunes canadiens en France 1954

Itinéraire:

Montréal-New York- (PanAM Super Constellation)-Prestwick (Glasgow)-Londres-Brighton-Dieppe-Rouen-Mont-St-Michel-Caen-Solesme-Giverny-Paris (14 jours)-Chateauroux-Saumur-Chenonceaux-Chambord-Ambroise-Limoges-Ouradour-Cahors-Mont-de-Marsan-Biarritz-St-Jean-de-Luz-Pau-Lourdes-Carcassonne-Nimes-Avignon-Aix-en-Provence-Marseilles-Les Baux-Bormes-les-Mimosas-Cannes-Menton-Rome-Sienne-Florence-Venise-Montreux-Dijon-Reims-Vimy-Bruxelles-Amsterdam-(KLM DC-4)-Montréal.

Avion Mtl-NYC Départ du vieux terminus centre-ville coin Université et Dorchester.

· New York- Au Radio City je vois le film "The Student Prince" avec Mario Lanza.

· Voyage sur Pan Am en Super Constellation . Escale à Gander, puis arrivée à Prestwick près de Glasgow.  Glasgow-Londres par train.

· Angleterre :contact avec le rationnement de la guerre: rôties sans beurre. Londres gris mais pas de pluie. Je ne me souviens de rien de spécial à Londres.En train de Londres à Brighton puis traversier sur la Manche.

· France: Arrivée à Dieppe; douaniers chaleureux (un verre pour les canadiens qui parlent français et on fait attendre les américains)

· Prise en charge de « Pétronille » une  Peugeot 402 Modèle 1936. Introduction aux strapontins. Pannes multiples dues au réservoir d’essence d'avant-guerre.

· Rouen :Jeanne d’Arc y fut martyrisée.

· Mont-Saint-Michel : Impressionnant, mais aussi premier contact avec de la cervelle. Ouache!

40 ans plus tard sur les plages du débarquement

· Caen : les destructions de la guerre 39-45 et l'Abbaye aux Hommes. Plages du débarquement.Le livre de Georges Blond sur le débarquement me fascine.

· Abbaye de Solesmes : depuis, j’ai toujours aimé le chant grégorien que je détestais au Séminaire.

· Giverny : Il ne fait pas beau et je n’apprécie guère le jardin de Monnet. Je me suis repris par la suite...

· Paris 1er juillet : en vrac, Trocadéro, Musée de l’Homme, Musée du Cinéma, vue du défilé du 14 juillet en haut de l’immeuble du Figaro sur les Champs-Élysées, visite de la cité universitaire et du pavillon canadien, L’orangerie et l’impressionnisme, le Louvre, 14 juillet place de la Bastille : première expérience avec une femme : fiasco; Tour Effiel on monte à pied jusqu'au 2ième étage: ouf!, le Panthéon, les Gobelins, le Musée Carnavalet ect ect..…Réception dans la famille de Rigault au 50 rue de Rome. Jean deviendra impressario du théatre francais aux Etats-Unis sous le nom de Tréteau de France; je le rencontrerai par la suite à Orlando en 1973  quand les Lynas m'avaient invité au théatre.

· Saumur (Caves Marc Brédif) première cuite au vin mousseux. Introduction à la  2CV qui, à cause de la supension, me  projette dans un fossé... Ah le vin! Vallée de la Loire: Chambord: premier  spectacle Son et Lumières. Ambroise, château meublé. Chenonceaux.

· Ouradour : village martyr de la guerre 39-45; très impressionné.

· Limoges : porcelaine et baby-foot.

· Cahors : Hôtel la Dame blanche; je provoque une inondation en faisant ma lessive dans le bidet; dommages 35$ (10000 francs anciens).

· Mont-de-Marsan : première corrida sans mise à mort.

· Biarritz : vieille ville d’eau

· Saint-Jean-de-Luz: introduction à la pelote basque et au rugby.

· Pau : rencontre du tour de France et du journal. « l’Équipe » près de Pau avec Pétronille en panne. Nous "faisons" le journal avec notre déclaration que nous faisons le tour de France en poussant notre voiture.

· Lourdes : comme on me l’avait prédit, je remarque surtout l’aspect commercial.

· Carcassonne: j’adore cette ville médiévale où je suis souvent retourné.

· Avignon : nous demeurons dans une villa normalement réservée aux gagnants des Prix de Rome. Nous voyons Gérard Philipe dans « le Prince de Hombourg » au Festival.

· Aix-en-Provence : festival de musique; «  L’enlèvement au Sérail »de Mozart; aussi « les Caprices de Marianne ».

· Les Baux de Provence: impressionnant!

˔Marseille: La Cité radieuse de Le Corbusier.

· Bormes-les-Mimosas : Vacances sur la plage du Lavandou. Mon ami Cloutier  est brûlé au 2ème degré par le soleil sur la plage près du Lavandou, et doit rentrer au Canada.

· Cannes : les plages de galets me surprennent. Excursion à Vence chapelle Matisse.

· Menton : repos et abandon de Pétronille; le reste du voyage se fera en train. Train Menton-Rome de nuit; deux places assises pour six; rotation inconfortable. Conversation en latin-francais-italien avec un soldat dans le corridor pour me garder éveillé!

· Rome : je me retrouve en plein milieu d’une démonstration communiste : la mention Canada m’aide à m’en sortir sans casse.., Visite du Vatican et audience du pape Pie XII; « Aida » aux thermes de Caracalla; le Colisée ect....

· Sienne Saint-François d’Assise; église aux fresques extraordinaires dont je revois l’effondrement 40 ans plus tard.

· Florence; Pont de l’Arno; Musée du Righi.

· Venise; fatigué des musées, je visite Venise tout seul en me perdant dans les dédales de rues et de  canaux; les vaporettos, Place St-Marc, Gog & Magog; le Lido. J'entre dans un cinéma et je vois "la P... respectueuse" de Sartre (avec sous-titres italiens).

· Les douanes merveilleuses de Suisse : le douanier se présente à la porte du compartiment du train et demande en quatre langues si on a quelque chose à déclarer. Personne ne répond et il passe son chemin….

· Montreux : une villa au bord du lac Léman nous accueille.

●Vimy: suis très impressionné par le fait que 60000 Canadiens sont morts pour la France en 14-18. Je fais le parallèle avec les 60000 que nous étions en 1760.

· Les douanes en Belgique affreuses : nous subissons une fouille en règle de nos bagages.

· Bruxelles : fatigués des musées, nous passons deux journées entières à un manège où je gagne du cidre alcoolisé avec mes talents d’archer. Ma famille Devreese de Belgique ne peut me voir, étant à Blankenberge pour les vacances.

· Amsterdam: je ne me souviens de rien de la Hollande.

Retour sur KLM  (DC-4 par  Islande, et Goose Bay au Labrador).

Conclusion :

Ce voyage m’a élargi les horizons, m’a donné le goût des voyages et l’amour de la France où je suis retourné si souvent par la suite.

Mon intérêt pour la deuxième guerre mondiale vient de ce voyage. Dieppe, Oradour-sur-Glane, le rationnement en Angleterre, les destructions de Caen, les plages du débarquement m’ont fasciné.